Editions Taurnada, Français, Polar/thriller français

Orages – Estelle Tharreau

image

J’ai terminé il y a déjà quinze jours Orages d’Estelle Tharreau, j’ai peu de temps en ce moment pour mon blog suite à quelques péripéties, et je prends seulement maintenant le temps de rédiger ma chronique…

 

L’histoire

Béatrice est une femme active à la vie sentimentale compliquée. Elle élève seule sa fille Célia, jeune adolescente citadine. Béatrice décide de s’installer, suite à une énième rupture, dans un petit village calme en apparence, afin d’essayer de mener une vie stable avec sa fille qui est moyennement contente à l’idée de se retrouver dans un petit village perdu à près de 30km de la première ville proche. Béatrice est embauchée par la mairie de sa nouvelle commune, qui lui trouve également un logement de fonction. Son intégration dans le village se passe bien, malgré un accueil houleux de la part du boucher du village. Célia se fait rapidement des amis au sein de son lycée, pourtant, on comprend rapidement que de grandes tensions agitent ce petit bourg à l’apparence paisible. On apprend également que les précédentes occupantes de la maison occupée par Béatrice et sa fille sont mortes quelques mois auparavant dans d’étranges circonstances… Hasard ou coïncidence ? En tout cas, le parallèle entre les deux histoires suffit à piquer au vif la curiosité des deux femmes. Lors de quelques travaux d’aménagements, Célia découvre derrière un mur de sa chambre une boîte en métal contenant le journal intime d’une jeune femme qui y livre le récit de sa vie, plusieurs dizaines d’années plus tôt. Elles décident donc, chacune de leur côté, d’enquêter sur ces étranges faits divers qui secouent le village, jusqu’à se mettre elles-mêmes en péril.

Atmosphère, atmosphère !

Si j’ai trouvé les prémices de l’installation de notre duo dans le village un peu lents, le rythme de l’intrigue s’est brutalement accéléré au moment de la découverte du journal intime, nous entraînant ensuite dans une véritable lecture frénétique jusqu’à la dernière page du livre. Une mise en abyme est effectuée, grâce à la lecture du journal intime. Nous sommes propulsées plusieurs dizaines d’années avant l’intrigue principale dans une histoire parallèle difficile, celle d’un couple habitant le village.

La découverte de cet indice entraîne une alternance de récit entre passé et présent, alternance intéressante et intrigante, dans le sens où on sait, nous, lecteurs avisés de thrillers à qui on ne l’a fait pas, que tout est forcément lié. Cependant c’est dans les dernières pages du livre seulement qu’on comprend le fil rouge entre les différentes histoires, l’auteur prenant soin de ménager le suspense jusqu’au bout.

 

L’intrigue est bien ficelée et originale, on se demande parfois s’il n’y a pas un soupçon de fantastique, qui plane au-dessus des personnages dans l’histoire. Mystique plus que fantastique en fait… Ne vous attendez pas à avoir des poltergeists, des portes qui claquent et des choses étranges se manifester ! On est plus dans le domaine du mystérieux et du légendaire dans ce livre et c’est ce qui en fait son originalité et qui a fait que je l’ai trouvé différent des thrillers traditionnels.

 

Estelle Tharreau a pris le parti de faire parler conjointement Béatrice et Célia, à la première personne, comme si elles se livraient à travers un journal intime. L’avantage d’avoir deux narratrices pour un même récit est l’alternance de points de vue. Ainsi, nous assistons aux deux enquêtes menées en parallèle, d’un côté par la mère, de l’autre par la fille. Chacune avance sur des points différents, chacune fait ses propres découvertes, du coup on se rend compte qu’on en sait plus que les deux personnages car nous sommes une sorte de lecteur omniscient. J’ai d’ailleurs trouvé ce duo mère/fille particulièrement attachant, leur relation peut nous faire penser, à nous lectrices, à la relation que nous avons pu avoir avec notre mère lorsque nous étions ado, toute en ambiguïté, faite de grands moments de complicité et de moments d’accrochages.

Si j’ai parfois été mal à l’aise d’assister à certaines descriptions difficiles, j’ai apprécié l’ambiance parfois glauque qui nous colle à la peau tout au long de notre lecture. L’atmosphère est lourde, le climat est à l’orage et nous donne la sensation d’une tension narrative intense.

 

Le mot de la fin

Encore une belle découverte grâce aux Editions Taurnada ! Si je n’étais pas forcément attirée de prime abord par la couverture du livre, je me suis largement laissée séduire par son contenu et par la fin explosive, le dénouement vraiment différent ce que j’ai l’habitude de lire. Une belle plume à découvrir !

image

Publicités

2 réflexions au sujet de “Orages – Estelle Tharreau”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s