Editions Fleuve noir, Français, Non classé, Polar/thriller français

Sauf – Hervé Commère

Mon premier Hervé Commère ! Il fallait bien que je découvre cet auteur incontournable du thriller français, et j’ai profité de la sortie de son dernier livre pour m’y mettre ! La couverture particulièrement énigmatique et travaillée a titillé ma curiosité, et c’est presque d’une traite que je l’ai lu !

Sauf n’est pas un livre ordinaire. Il est un puzzle, et, aux côtés des personnages, vous devrez assembler une à une les pièces de ce véritable casse-tête pour lever le voile sur des secrets et non-dits vieux de plusieurs dizaines d’années.

Je vous parle aujourd’hui de Sauf, écrit par Hervé Commère, et publié tout récemment chez Fleuve Editions.

Lire la suite « Sauf – Hervé Commère »

Publicités
Editions De Saxus, Fantastique, Polar/thriller français

Les limbes – Olivier Bal

Première frayeur : « Oh mon dieu c’est du fantastique. »

Deuxième frayeur : « Oh putain ça ne se passe pas à notre époque mais dans les années 70… »

Respire Anaïs, respire, ça va bien se passe. Tu fais confiance à Olivier Bal, le premier bouquin que tu as lu de lui est sur ton podium de tes livres préférés de toute ta vie de serial lectrice… ça va bien se passer, y a pas de raison…

Les limbes, c’était ma lecture à haut risque de l’année, celle qui me fait sortir du terrain battu dans lequel je me complaisais depuis près de 10 ans, refusant de lire quoique ce soit d’autre que du polar ou du thriller réaliste. Olivier Bal a signé un ouvrage, Mille morts, dont je ne cesse de vous parler et qui est dans mon top 10 de mes livres préférés tout genre et période de lecture confondus, et il était inconcevable pour moi de ne pas essayer de lire son thriller fantastique. Pour en avoir parlé longuement avec lui lors du salon Seille de crime en novembre dernier, j’étais partant pour le lire, avec le risque que je n’arrive pas à accrocher en raison de son genre qui n’est pas mon genre de prédilection. Je n’aurais pas pu aller jusqu’au bout si je n’avais pas accroché, de toute façon.

Rares sont les auteurs qui ont réussi à capter mon attention avec ce genre littéraire. Jusqu’ici, il n’y en a eu que trois : Bram Stocker (fantastique, mais pas thriller), Sire Cedric, et Andy Weir. Je peux maintenant ajouter un quatrième nom, parce que ce livre, je ne l’ai pas lu, je l’ai englouti !

Je vous parle aujourd’hui du livre Les limbes, d’Olivier Bal, paru le 1er mars 2018 aux Editions De Saxus.

Fermez les yeux, relaxez-vous, tenez-moi la main, je vous emmène dans un voyage déroutant pour explorer le monde des rêves.

Lire la suite « Les limbes – Olivier Bal »

Editions Tohu Bohu, Français, Polar/thriller français, psychologique

Il et moi – Philippe Setbon

Cela faisait quelques temps que je n’avais pas lu de thriller psychologique, alors que ce genre est un de mes préférés parce qu’il nous implique émotionnellement la plupart du temps, mais aussi parce qu’il soulève de réelles questions sur la psychologie humaine.
Je découvre avec ce livre un auteur que je n’avais encore jamais lu, Philippe Setbon : dessinateur de BD, réalisateur, scénariste et romancier, ce touche à tout a su me convaincre dès ma première lecture !

Je vous parle aujourd’hui du dernier livre de Philippe Setbon, paru aux Editions Tohu Bohu le 12 janvier 2018.

 

L’histoire (4è de couverture)

D’un côté, Constantin Lepage dit Costa, un « putain d’acteur » pour sa femme et ses amis, un peu aigré et alcoolo.

De l’autre, Henk van der Weld, un nom batave qui sonne comme un pseudo, une fine moustache, des lunettes teintées, un bon sourire.

Une rencontre impossible mais quelques points communs. Et surtout une question lancinante : Mais qui a tué ?

 

Petit, mais costaud !

J’apprécie de lire régulièrement des ouvrages courts, surtout lorsqu’ils sont très concentrés, c’est-à-dire sans longueurs, avec une action permanente et une impression de perte de contrôle. Ici, tout est réuni.  En l’espace de 239 pages, Philippe Setbon nous fait vivre une histoire explosive, parce qu’ici, tout va vite : 239 pages c’est court, pas le temps pour le blabla inutile ni pour faire traîner sur des pages et des pages des scènes de vie inintéressantes qui n’auraient fait qu’alourdir le récit. C’est justement parce qu’il va droit au but que ça fonctionne aussi bien, et que ça donne une crédibilité à ce thriller.

Cette histoire, c’est celle d’un homme qui a basculé dans sa vie : il avait vie paisible, peut-être morose par moment, routinière certainement. Et puis un jour un détail, une étincelle, un grain de sable dans le rouage de sa vie, et c’est le pétage de plomb, un basculement dans la folie : la schizophrénie. Une voix résonne dans sa tête, lui intime l’ordre de faire des choses, pas très catholiques, forcément nous sommes dans un thriller. Il gardera bien un semblant de raison, il se rendra compte parfois que ce qu’il fait est mal, que cette voix est malsaine et malfaisante. Mais elle prend le dessus, toujours. Et il sombrera, sera complètement hanté par cet Autre qui est en lui. Nous sommes plongés dans les méandres d’un esprit tordu, qui se retrouve tout à coup pris dans un enchaînement de choses qu’il ne maîtrise plus.

Chapitres courts, dialogues équilibrés alternés par des passages narratifs, et moments d’introspection se succèdent, donnant une diversité au récit, rendant le rythme entraînant et pas franchement reposant.

 

Le mot de la fin

C’est fin, c’est bien mené, et pour une fois je n’ai pas grand chose à dire parce que je n’ai pas vraiment eu le temps de me pencher sur le style narratif de l’auteur tant j’ai été prise dans l’intrigue !

Ce livre m’a fait peur, parce que même si on sait tous que la schizophrénie peut frapper comme ça, n’importe quand et n’importe qui, ce n’est forcément rassurant de se rendre compte des conséquences terribles que cette maladie peut avoir.

Mention spéciale pour la couverture très subtile qui est en totale corrélation avec cette histoire.

Je recommande !

Editions Ravet-Anceau, Polar/thriller français, Polars en Nord

Les chiens de la baie – Thierry Declercq

Polars en nord a encore frappé ! La collection des Editions Ravet-Anceau a pour objectif de proposer des polars/thrillers d’auteurs provenant du nord de la France, avec une histoire ancrée dans le terroir de cette partie de la France. Je vous avais déjà parlé de deux livres de cette maison : Jacks, de Benoît Chavaneau, et l’un de mes coups de cœur 2017, Les loups et l’agneau de Christophe Dubourg ; c’est maintenant au tour de Thierry Declercq de passer sur le gril, avec son livre Les chiens de la baie.

 Un conseil, ne vous fiez pas à la mignonne petite truffe du chien sur la couverture, parce que ce livre est tout, sauf un gentil petit thriller…

Lire la suite « Les chiens de la baie – Thierry Declercq »

Editions Fayard, Français, Polar/thriller français

Tension extrême – Sylvain Forge

C’est le « it-book » du moment ! D’abord, parce qu’il vient d’obtenir le fameux Prix du Quai des Orfèvres 2018 que tout amateur de polar connaît et attend chaque année avec impatience, mais aussi et surtout parce qu’il est diablement excellent et que l’intrigue se démarque vraiment de la majorité des thrillers classiques.

Je vous parle aujourd’hui de Tension Extrême, de Sylvain Forge, paru en novembre 2017 aux Editions Fayard.

Lire la suite « Tension extrême – Sylvain Forge »

Editions De Borée, Polar, Polar/thriller français

Le prix de la mort – Patrick Caujolle

Si vous aimez les bons polars français pur jus, vous allez aimer le dernier livre de Patrick Caujolle. Je vous avais parlé de lui au début de mon blog avec son précédent opus, RIP, paru aux Editions du Caïman. J’avais apprécié son réalisme déjà à l’époque, avec ce dernier opus, mes impressions se trouvent conforter même si j’émettrai un petit point négatif.

Il revient aujourd’hui aux Editions De Borée avec Le prix de la mort.

 

L’histoire (4è de couverture)

Le diable se cache dans les détails ? Le capitaine Bastide en est convaincu !

Un grand flic assassiné, des rituels et des simulacres morbides, une enquête qui patauge entre un proxénétisme exotique  et un satanisme déjanté, et voilà comment, des macabres catacombes parisiennes aux lacs enchantés du Québec, Bastide et ses collègues de l’Identité judiciaire vont devoir suivre le chemin sinueux de la vengeance. Parviendront-ils à leurs fins ? Peut-être ! Mais à quel prix ?

 

De flic à auteur de polar

Nombreux sont les flics et anciens flics qui se mettent à l’écriture et je dois dire qu’en général, je suis enchantée de ces lectures car, forts de leur expérience professionnelle et de leur connaissance du terrain, non seulement ils savent de quoi ils parlent mais en plus ils n’ont pas besoin d’en faire des tonnes pour que ça fonctionne entre eux et les lecteurs.

Le ton employé ici dans l’écriture et surtout dans les dialogues est on ne peut plus réaliste, les policiers parlent leur jargon entre eux, décortiquent la procédure (heureusement les notes en bas de page sont là pour éclairer les lecteurs), le tout a tendance à apporter une certaine crédibilité à ce livre, et ça, j’aime ! La particularité des meurtres réside dans le fait que toutes les personnes assassinées sont deux anciens flics et un jeune juge d’instruction. C’est le cœur même du système judiciaire qui est touché et la tension est palpable au sein de l’équipe chargée de l’investigation.

Nous suivons donc ici une équipe de policiers, nostalgiques de leur fameux 36 Quai des Orfèvres qu’ils ont dû laisser pour emménager dans des bâtiments flambants neufs. C’est une constante chez les auteurs français de développer cet esprit de nostalgie autour de ce changement de locaux, comme si le fameux 36 ajoutait un élément, une atmosphère particulière à leur enquête.

La construction du récit est classique pour un polar, elle est rythmée par les différents meurtres, les piétinements dans l’enquête, les nombreuses investigations, rien de bien nouveau je vous dirais mais l’intrigue est intéressante et on ne s’ennuie pas durant notre lecture. Le rythme n’est pas forcément très intense, mais d’une part, les meurtres sont disséminés de manière régulière dans le récit histoire de relancer à chaque fois l’intrigue, et d’autre part cela ancre à nouveau les faits dans un certain réalisme et une certaine crédibilité.

La seule chose qui m’a peut-être manquée dans ce livre, c’est un certain rapport humain que je n’ai pas forcément retrouvé. Certes, nous suivons au plus près l’action et les flics, mais les personnages sont assez peu développés au niveau de leur personnalité et vie privée, et bien que je n’aime pas que cette dernière prenne le pas sur l’enquête parce que moi, j’aime quand ça dépote niveau rythme, je trouve que je n’ai pas réussi à m’attacher à eux à cause de ça. Et en général, quand je n’arrive pas à m’attacher aux personnages, j’ai tendance à vite les oublier et à oublier également l’histoire du livre lu, au bout de quelques jours ou semaines.

 

Le mot de la fin

Ce livre est une véritable plongée dans la vie quotidienne d’une équipe de police judiciaire ! Malgré le petit point négatif énoncé en fin d’article, j’ai passé un agréable moment de lecture. Si vous aimez les vrais polars à la Norek, Jourdain ou Guillaume, ce livre est fait pour vous !

Français, Polar/thriller français

Sa vie dans les yeux d’une poupée – Ingrid Desjours

img_20171202_095235_270.jpg

Je rattrape toujours le retard dans mes chroniques accumulé suite à mes lectures pendant mon voyage, et je vais vous parler aujourd’hui du thriller psychologique qui m’a accompagné durant toute la durée de mon vol aller. Commencé à l’aéroport de Paris, je l’ai lu d’une traite, car il était terminé à l’arrivée 8h plus tard au moment de l’atterrissage !

Est-ce que je l’ai aimé ? C’est peu de le dire ! Je gardais un excellent souvent du premier livre que j’ai lu de l’auteure, Les fauves, lu il y a quelques mois, et je n’ai à nouveau pas été déçue !

Je vous parle aujourd’hui de Sa vie dans les yeux d’une poupée, d’Ingrid Desjours, publié chez Pocket pour le format poche.

Lire la suite « Sa vie dans les yeux d’une poupée – Ingrid Desjours »