Auto-édités, psychologique

Sandrine – James Osmont

image

C’est une chronique un peu particulière que je vais vous proposer aujourd’hui, car cette fois je ne vais pas respecter ma structure traditionnelle de rédaction d’article. Je vais en effet m’adresser non seulement aux lecteurs qui ont déjà lu le Tome 1 de James Osmont, Régis, mais aussi à ceux qui ne l’ont pas lu, qui découvriraient ma chronique et auraient envie de lire les deux livres dans l’ordre de parution. Donc cette fois, pas de résumé de l’histoire, et je vais essayer de spoiler le moins possible les deux livres.

Le livre paraîtra officiellement demain, samedi 05 novembre 2016, toujours en auto-édition.

 

En tête à tête avec Sandrine

image

 

J’avais lu et apprécié Régis en juin dernier, c’est donc naturellement que j’ai eu envie de découvrir Sandrine, et lorsque James Osmont m’a proposé la lecture en avant première de ce T2, je n’ai pas hésité un seul instant!

L’auteur nous immerge rapidement dans l’univers psychiatrique qui lui est cher et dont il maîtrise parfaitement le sujet. On retrouve certains personnages que nous avions rencontrés dans Régis, notamment la soignante Sandrine, ainsi que Le Prédateur. Je dirais que Sandrine tourne principalement autour de ces deux personnages, auxquels s’ajoute Thorsten que nous n’avions pas encore rencontré et qui est une sorte de psychopathe en puissance, qui va se découvrir des pulsions avant de basculer du côté du mal qui va s’immiscer en lui et le dévorer, tout au long du livre.

Lire la suite « Sandrine – James Osmont »

Auto-édités, Polar/thriller français

Régis – James Osmont

image

3è auto-édité lu récemment, 3è découverte grâce à #JeudiAutoEdition sur Twitter, 3è pépite. Et quelle pépite !


Régis, c’est l’histoire d’un malade, d’un psychotique qui vit dans une réalité bien à lui, angoissante, où tout est prétexte à devenir un signe négatif. Regis est enfermé dans un hôpital psychiatrique, depuis plusieurs années, après un passage à l’acte violent. Regis est violent, Régis est fragile, Régis se sent persécuté. C’est d’ailleurs à cause d’un de ses persécuteurs qu’il va basculer de l’équilibre fragile dans lequel il était, jusqu’au point de non retour.


L’écriture de James Osmont est magistrale, réaliste et pourtant parfois poétique, de même que la couverture qui représente parfaitement, pour moi, l’image que Regis pourrait avoir de lui-même et de ses persécuteurs. C’est d’ailleurs la couverture qui m’a accrochée car je la voyais très souvent sur Twitter. On sent que James maîtrise son sujet, néanmoins on n’est pas perdu dans le jargon médical compliqué. Ce livre nous place en tant que lecteur dans la tête de Régis, on vit et on respire à travers sa folie et ses angoisses, à travers son sentiment de persécution. Ce livre est sombre, j’ai senti une sorte de malaise, de voyeurisme parfois, à me retrouver dans la tête de ce malade. Et moi j’aime être une lectrice omnisciente, je veux tout voir, tout comprendre, surtout le pire et le dérangeant.
On se prend d’affection pour lui, parfois, lui pardonnant presque ce pour quoi il a été interné.
Le récit est ponctué de manière très régulière par des citations et extraits musicaux qui ont donné un rythme particulier à la lecture que j’ai beaucoup apprécié, moi qui suis friande de citations. Ça m’a d’ailleurs donné envie d’écouter ces morceaux que je ne connais pas du tout. Le travail de recherche a été très important à ce niveau je pense pour l’auteur.
Un roman qui pourrait, selon moi, parfaitement se trouver édité par une maison d’édition.

image