Non classé

Natt – Ragnar Jonasson

Ce qui est terrible, c’est que tu attends un livre un an, et que quand il sort, tu mets moins de 24h à le lire… et après c’est un peu le néant…

Aussitôt commencé, aussitôt terminé, j’ai passé ma journée de récup’ à le lire, non stop. J’aurais bien eu envie de prolonger un peu le plaisir, mais c’est plus fort que moi, quand un livre me plaît, je n’ai aucune volonté pour décrocher…

Natt est le troisième livre traduit en français de l’auteur islandais Ragnar Jonasson. Je vous avais parlé de Snjor il y a deux ans, qui plantait les bases de cette nouvelle série littéraire venue du froid, et je vous avais parlé avec passion de Mörk qui avait été un énorme méga coup de coeur en 2017.

L’auteur revient aujourd’hui avec un livre qui a été écrit avant Mörk. Vous pouvez le lire de manière indépendante si vous avez envie de découvrir l’auteur, néanmoins je vous conseille de lire les deux autres avant histoire de bien vous imprégner des lieux et surtout des personnages.

Prenez votre passeport, je vous emmène découvrir le tout nouveau livre de Ragnar Jonasson, Natt, paru le 8 mars dernier aux Editions La Martinière.

L’histoire (4è de couverture)

En Islande, les fjords et les volcans dissimulent des secrets macabres. Une seule règle : ne pas se fier aux apparences.

C’est l’été à Siglufsjördur. Le climat de ce village du nord de l’Islande est si rude que le jeune policier Ari Thor voit arriver avec soulagement cette saison où le soleil brille à toute heure du jour et de la nuit. Mais le répit est de couverte durée. Un homme battu à mort est découvert sur les bords d’un fjord tranquille. Une jeune journaliste vient fouiner d’un peu trop près. Que cherche-t-elle à découvrir? Ou à étouffer ?

Surtout, l’éruption spectaculaire de l’Eyjafjallajökull recouvre peu à peu toute l’Islande d’une épais nuage de cendres. Cette étrange « nuit » – natt, en islandais – fait remonter les secrets les plus enfouis. Personne ne sera épargné. Pas même Ari Thor, qui doit pourtant boucler son enquête au plus vite, s’il veut éviter de nouveaux crimes.

Envoûtée !

Je vous entends d’ici : est-il possible qu’elle soit encore objective lorsq’elle chronique le livre d’un auteur islandais ? La réponse est définitivement oui ! Je suis une lectrice exigeante et le fait que l’intrigue se passe en Islande n’est pas forcément gage de bonne lecture pour moi, dans le sens où si l’action attendue n’est pas là, je n’arriverais clairement pas à poursuivre mon livre. Alors oui, forcément, les auteurs islandais partent avec un avantage non négligeable avec moi parce qu’après les polars français, mes polars favoris sont islandais, mais j’arrive malgré tout à prendre du recul pour décortiquer l’intrigue pour vous proposer un avis le plus neutre possible, ou disons plutôt sans parti pris. Donc, c’est en toute objectivité que je vous crie haut et fort, qu’encore une fois j’ai été absolument charmée par Natt !

Je m’interdirais ici de comparer l’auteur aux autres écrivains islandais, pour la simple et bonne raison qu’il a réussi, à mon sens et en l’espace de trois livres, à définir son propre style d’écriture, à imposer son style narratif, qui ne ressemble à celui d’aucun autre. Ragnar Jonasson a réussi à s’affranchir des codes du thriller nordique en osant, il en respecte tout de même certains pour en bousculer d’autres et c’est cela qui fait sa singularité ; il est un magicien des mots parce qu’il crée à chaque livre une atmosphère, en s’appuyant sur la nature préservée et les paysages bruts islandais qu’il décrit de manière admirable et avec une certaine sensibilité. Ces paysages se matérialisent sous sa plume, ils deviennent vivants, on sentirait presque les bourrasques de vent qui balayent l’île, on la verrait presque, cette lumière éternelle du soleil d’été, on sentirait presque le soufre de cette éruption volcanique et de ce nuage qui recouvre une partie du pays. Cette aura qui entoure l’intrigue policière rend l’histoire particulière parce que l’environnement contribue à renforcer le climat lourd que toute intrigue policière se doit d’avoir. J’apprécie toujours autant l’effet insulaire, qui procure un sentiment d’éloignement et de huis-clos et bien que les personnages soient plus nombreux que dans Mörk, on sait que forcément c’est l’un d’entre eux (ou peut-être plusieurs ? ) qui est dans le coup…

L’intrigue policière est également renforcée par ce climat étrange qui plane sur le pays au moment où un volcan au nom imprononçable (Eyjafjallajökull) est en train de créer un sacré bazar dans le ciel islandais et européen, après la terrible crise financière qui a plongé le pays dans une situation économique catastrophique. A l’image de ces deux précédents livres, Snorj et Mörk, l’écrivain se sert à nouveau du contexte climatique et politique pour les utiliser de manière à rendre le poids du récit encore plus chargé.

Le mot de la fin

Je réitère ce que je disais l’an dernier : Ragnar Jonasson est l’étoile montante de la littérature nordique. Il est, pour moi, l’écrivain nordique le plus prometteur, à découvrir ou à suivre à tout prix, et je ne doute pas que sa notoriété continuera à prendre de l’ampleur au fur et à mesure que ses livres seront traduits et diffusés dans de nombreux pays.

Plus qu’un ouvrage d’atmosphère, j’ai retrouvé tout ce qui me plaît dans le genre du thriller : action, suspense, rebondissements habilement distillés et qui m’ont laissés bouche bée devant mon bouquin.

Mention spéciale pour la couverture du livre, en totale adéquation avec l’intrigue. On y retrouve avec justesse le noir de la poussière de lave, le rouge de la lave incandescente.

Je terminerais mon article en vous citant un passage qui m’a vraiment parlé car je me suis retrouvée dans ces mots : « Après leur long périple, elle s’était réjouie d’atterrir enfin en Islande. Le paysage qu’elle découvrait ne ressemblait à rien de ce qu’elle connaissait, ni même le ciel, d’une clarté irréelle malgré l’heure nocturne. Elle pressentait qu’elle vivrait de belles choses dans cet étrange pays.« 

Ai-je besoin de vous dire que je le recommande ? 🙂

Publicités

7 réflexions au sujet de “Natt – Ragnar Jonasson”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s