Non classé

La fille derrière la porte – Patricia Hespel

image

Ce livre a suscité beaucoup d’enthousiasme sur la toile littéraire ces derniers temps et après avoir lu les avis enthousiastes de nombreux blogueurs, j’ai décidé de l’entamer d’autant plus qu’il n’est pas excessivement long et que je suis toujours dans ma période « besoin de lire autre chose que des pavés« . Malheureusement, le charme n’a pas opéré sur moi cette fois, et c’est un avis bien négatif que je vous propose aujourd’hui…

Je vous parle aujourd’hui de La fille derrière la porte de Patricia Hespel, paru récemment aux Editions Les Nouveaux Auteurs, et récompensé du Prix suspense psychologique 2017 avec comme président du jury, Franck Thilliez.

L’histoire (4è de couverture)

Alors qu’elle est au fond du gouffre, Emmy croise sa voisine Léna, qui incarne tout ce qu’elle n’est pas, une femme libre. Elles sont faites pour hair et pourtant Léna propose à Emmy un pacte pour reprendre sa vie en main, en échange d’une confiance inconditionnelle. Emmy remarque des aspects inquiétants de la personnalité de Léna. Pourra-t-elle faire marche arrière et dénoncer le pacte?

 

Mouais…

Ma lecture se résume en un mot : soufflé. Ça monte, ça monte, et puis pfiout, ça s’effondre et ça ne remonte jamais! Si j’ai d’abord été littéralement absorbée par le récit dans les premières pages, laissant supposer une lecture éclair en quelques heures, j’ai commencé à lâcher au bout d’une centaine de pages et je n’ai plus réussi à rentrer dans l’histoire en éprouvant ce sentiment de boulimie littéraire que j’avais ressenti au début de ma lecture. Si je devais résumer mon sentiment négatif en quelques mots, je dirais que tout est prévisible, qu’il y a des hauts, des bas, pas de frissons ni de suspense. Je suis peut-être dure, mais je me suis toujours promis de donner mon ressenti tel qu’il est, avec franchise et honnêteté.

Je me suis passablement ennuyée face à de longs passages où il ne se passe rien, où les deux personnages principaux, Emmy et Léna, vivent une espèce d’amitié destructrice, on sent très bien que ça va mal se finir, on comprend tout de suite qui est la victime et qui est le bourreau… J’ai espéré un rebondissement jusqu’à la dernière page, mais il n’est jamais arrivé. Alors oui, il y en a bien un des rebondissements, quand tout commence à s’éclairer et qu’on comprend pourquoi il s’est passé tout ça entre elles, mais je l’ai trouvé tellement invraisemblable, bien trop gros pour être crédible, que je n’ai pas du tout adhéré et qu’il a contribué à me plonger encore plus dans le marasme littéraire qui s’est emparé de moi durant ma lecture. A partir de ce moment je n’avais plus qu’une hâte, celui de terminer le livre très vite.

J’attend toujours beaucoup des thrillers estampillés « psychologiques » parce que j’adore ça, qu’en général ce sont des livres qui me mettent les émotions en charpie et qui me marquent durablement, mais ici je n’ai rien ressenti à part une grande lassitude et une certaine forme de rejet vis à vis des personnages que j’ai trouvé caricaturaux au possible. Emmy, la victime soumise qu’on aurait envie de secouer pour qu’elle se réveille, totalement sous la coupe de Léna qui est l’incarnation de l’être manipulateur qu’on déteste. L’aspect de la perversion narcissique est développé de manière trop grossière pour que je puisse trouver ça crédible, ce n’est pas fait insidieusement de manière à jouer avec le lecteur, pour lui insinuer le doute en tête. J’aurais préféré que ça soit traité de manière plus subtile, avec plus de finesse, pour que cela crée du suspense, me donne la nausée, me fasse frissonner à l’idée d’être à mon tour un jour utilisée par quelqu’un qui saurait, par de fins stratagèmes, s’emparer de mon esprit pour le manipuler.

 

Le mot de la fin

Bien que cette histoire soit bien écrite sur le plan textuel, indéniablement c’est le point fort de l’auteure, le fond ne m’a pas du tout convaincue et je reste perplexe après avoir terminé mon livre. J’ai ressenti un peu la même chose que durant ma lecture de Derrière la porte de B.A Paris, trop stéréotypé pour me convaincre.

Mon avis est le premier négatif qui va tourner sur la toile je pense, je n’ai vu que des éloges sur ce livre jusqu’à présent, c’est donc qu’il a trouvé son public! Je ne vous conseillerai jamais de ne pas lire un livre parce que moi je ne l’ai pas aimé, car nous sommes tous différents et que trop de paramètres personnels entrent en compte dans une lecture. En tout cas, j’ai hâte d’avoir vos retours!

 

image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s