Editions Hugo Thrillers, Français

Le tricycle rouge – Vincent Hauuy

image

J’avoue que je suis une lectrice faible, et que les bandeaux de prix littéraires accrochés sur les couvertures ont en effet de persuasion sur moi « il me le faut!!!!« . Sans compter que bon nombre de blogueurs en parlaient de ce livre dernièrement sur Facebook !

Sur le coup, quand j’ai vu la taille du livre, je me suis inquiétée, c’est pas que ça me fait peur un livre de 500 pages, bien au contraire! Mais juste avant ma lecture de celui-ci, j’ai vécu une sorte de traversée du désert et j’ai arrêté deux livres en l’espace d’une semaine car je n’avais pas réussi à rentrer dedans. Et puis le prologue, les premiers chapitres, et là tout bascule et on me perd !

Je vous parle aujourd’hui du premier livre de Vincent Hauuy, Le tricycle rouge, fraîchement paru chez Hugo Thriller.

image

L’histoire (4è de couverture)

« Un vrai talent d’écriture au service d’une intrigue efficace et riche en rebondissements. » Michel Bussi

Noah Wallace est un homme usé, l’ombre du brillant profileur qu’il était jusqu’à ce qu’un accident lui enlève à la fois sa femme et sa carrière.

Mais un appel téléphonique va le contraindre à reprendre du service. Son ami et ex-coéquipier Steve Raymond a besoin de lui. Une carte postale trouvée sur le lieu d’un crime  atroce au Canada l’implique directement et le ramène à une série de meurtres commis cinq ans plus tôt.

Tout porte à croire qu’un serial killer présumé mort, le Démon du Vermont, est de nouveau à l’oeuvre.

Dans le même temps, à New York, la journaliste-blogueuse Sophie Lavallée enquête sur un reporter disparu dans les années 70. Et si les deux affaires étaient liées par le même sombre secret?

Un livre enivrant !

On dit que pour analyser correctement un livre – lors d’une relecture avant parution par exemple – il ne faut pas s’attacher à l’histoire. Et bien là est mon problème pour ce livre et pour cette chronique, c’est que j’ai tellement été happée par l’histoire et que j’ai tellement englouti ce bouquin que je n’ai même pas eu le temps de me pencher sur le style d’écriture de l’auteur… Pour moi qui suis une grande bavarde dans mes chroniques c’est compliqué, cette angoisse de la page blanche, parce que j’aime développer mon avis en expliquant de manière précise et argumentée pourquoi j’ai aimé… Et ici clairement je sèche, ce livre est un réel tourbillon en terme d’intrigues, les chutes en fin de chapitre entraînent une lecture boulimique, sauf qu’au lieu de t’enfiler du chocolat debout devant le placard tu enchaînes les chapitres sans boire/manger/réfléchir/respirer et en oubliant que t’as une vie sociale ou qu’il est 20h et que tu n’as encore rien préparé à manger !

Vincent Hauuy tisse une intrigue à la manière d’une toile d’araignée, ou plutôt d’un puzzle… C’est petit à petit que les pièces se rejoignent pour ne former qu’un ensemble complètement ahurissant ! Ce thriller est différent parce qu’il nous emmène dans un grand scandale et nous plonge dans les rouages d’une grande institution américaine, ce qui permet d’exploiter toute une série de fantasmes qui gravitent autour de cette institution majeure. L’auteur a réussi le pari de ne pas tomber dans le cliché, la caricature, et a réussi à rendre l’histoire terriblement crédible.

J’ai trouvé ce thriller particulièrement noir, il touche des sujets sensibles et les meurtres se multiplient provoquant ainsi une sorte de spirale infernale, de rebondissements réguliers sans forcément tomber dans le too much (le too-much, c’est lourdingue!). C’est parfaitement dosé, de même que les dialogues qui sont équilibrés bien qu’un peu fragiles à des rares moments dans le début du livre (j’ai en tête une conversation entre Sophie et son meilleur ami, je l’ai trouvée manquant un peu de spontanéité et un peu trop conventionnelle pour des jeunes gens de leur âge). Je n’ai par contre pas ressenti cela dans la suite du livre, lorsque Sophie et Noah font équipe ensemble. Ils tissent d’ailleurs une relation que je trouve très intéressante : ils se complètent de par l’audace de la jeune femme, et grâce au mélange d’une  certaine fragilité émotionnelle contrebalancée par le professionnalisme qui est ancré en Noah, même si ce professionnalisme est bien planqué  au fond de lui depuis le drame qui l’a anéanti.

J’ai également trouvé l’ouvrage très cinématographique : beaucoup de dialogues, une intrigue foisonnante qui ne laisse pas le temps au lecteur de se reposer, mais qui dégage pour autant de réelles émotions grâce à la richesse du caractère des personnages.

 

Des personnages charismatiques

S’il y a bien un élément qui a fait que cette histoire m’a collée à la peau, c’est le charisme des personnages qui la composent. On est face à des anti-héros, un peu cabossés par la vie, des électrons libres qui cherchent soit à s’épanouir contre vents et marées quitte à se mettre dans une situation financière problématique, soit à se reconstruire après des événements dramatiques survenus dans leur vie. Ils douteront beaucoup, mais ils mettront tellement en avant leur pugnacité et leur tempérament de guerrier qu’ils réussiront à sortir du cercle vicieux dans lequel ils se trouvaient. C’est particulièrement vrai pour Noah Wallace, qui a tout perdu suite à un drame personnel : c’est cette enquête, dans laquelle il est embarqué un peu contraint par son ancien coéquipier, qui va le faire renaître de ses cendres.

Le mot de la fin

Ouahou, ouahou, ouahou! Vincent Hauuy fait une entrée en grande pompe dans le thriller français !  Ce n’est pas pour rien que Le tricycle rouge a été élu Meilleur thriller français au Prix Michel Bussi 2017 ! Je ne suis d’ailleurs pas la seule lectrice qui a été autant séduite par ce livre, certains blogueurs comme Pierre de Avisdeuxlecteurs avec qui j’ai pu échanger récemment, ont avalé le livre en l’espace d’une journée!

Je remercie à nouveau mon partenaire Hugo Thriller pour la confiance qu’ils m’ont accordée en me proposant la lecture de ce livre. Je ne connaissais pas encore cette maison il y a 6 mois de ça, et ce que j’aime c’est qu’ils arrivent à mettre en avant de jeunes talents que nous devrons à tout prix suivre dans les années à venir!

 

image

Publicités

4 thoughts on “Le tricycle rouge – Vincent Hauuy”

  1. j’ai lu le livre, je l’ai dévoré et je partage la critique d’Anais, qui est fort bien écrite, et qui a le mérite de ne pas spoiler le livre

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s