Editions Ring

Dynamique du chaos – Ghislain Gilberti

image

C’est un livre qui a fait grand bruit au moment de sa parution en numérique il y a quelques années, dont je vais vous parler aujourd’hui. Diffusé sur internet via des plateformes de téléchargements gratuits, il a réuni dans un premier temps plus de 100 000 lecteurs. Aujourd’hui, c’est une version non censurée de Dynamique du chaos, qui vient de paraître en formation papier aux Editions Ring. Forte de vouloir proposer des ouvrages coups de poing et immersifs, cette maison d’édition a donné carte blanche à l’auteur pour le publier tel qu’il a été écrit, sans détour ni langue de bois.

J’avais prévu de sortir une chronique commune avec ma copinaute Lilie de Polars et compagnie, mais suite à de nombreux déboires informatiques, et à un retard important pris au niveau de ses chroniques, nous avons convenu de publier séparément nos deux avis.

Autant vous prévenir tout de suite, j’en suis ressortie en mille morceaux, et c’est un vrai gros putain d’uppercut en pleine tête que j’ai pris!

L’histoire

C’est l’histoire d’une descente aux enfers, bercée par les affres des drogues les plus dures, entre les murs cloisonnés d’un appart’ miteux que Gys occupe en collocation avec Manu, son pote de défonce. Ils vivent grâce aux allocations chômages, ouvertes suite à un plan de licenciement de la grosse usine de la région. Vies professionnelles et personnelles chaotiques, c’est dans la drogue qu’ils vont trouver refuge. Gys est à vif, il a perdu « son ange », « sa Furie », Séverine, avec qui il vivait un amour borderline et sauvage. Elle est une pure camée, aux accès de violences parfois dévastateurs, ils se sont séparés après la dispute de trop, la plus violente. Gys erre dans les soirées des environs de Belfort, toujours accompagné de Manu, consomme avec excès drogues, alcools et parties de sexe. Jusqu’à ce qu’il retrouve Séverine, au hasard d’une soirée et que tout recommence, jusqu’au chaos final.

J’ai terminé mon livre, et maintenant je ne sais plus quoi faire de moi-même…

Je m’attendais à un livre difficile, poignant. Je n’avais, à vrai dire, même pas lu le synopsis, ni regardé l’interview de Ghislain Gilberti parue quelques temps avant la sortie officielle du format papier de Dynamique du chaos. Il promettait d’être un livre coup de poing, je le voulais, il me le fallait le jour de sa sortie, c’est tout.

Je m’attendais à un thriller différent, et à ce que certaines scènes de violences soient difficiles.

Je m’attendais à suivre la déchéance des personnes que je suis suivais, marquées par la vie et les épreuves, le nez plein de poudre et les veines remplies d’héroïne.

Mais ce que je n’avais pas vu venir, c’est que ce livre serait pour moi bien plus que ça, au point de me broyer les tripes et l’âme, au point de pulvériser mes émotions en me laissant avec tout un tas de sentiments contradictoires en moi, tous plus virulents les uns que les autres, des émotions qui pèsent lourd et prennent trop de place pour que je puisse gérer ça. Je fais quoi, moi, de tout ça maintenant? De cette lucidité qui m’a explosé à la gueule? « Veuillez fermer votre livre, et reprendre une activité normale.« ? C’est tout?

Dynamique du chaos, ce n’est pas de la violence gratuite pour faire plaisir et pour faire couler du sang au rythme frénétique d’une plume acérée, mordante, c’est pas du cul gratuit, juste pour choquer ou t’écœurer, non, c’est bien plus que ça! C’est un pamphlet, vu à travers les yeux vitreux d’un camé, trop lucide pour supporter le monde qui l’entoure, incapable de s’insérer dans la société, il dort le jour, vit dans le monde de la nuit, il perd pied avec la réalité, il s’enlise dans les bas-fonds de tout ce qu’il y a de plus néfaste dans la société. C’est une autodestruction programmée, consentie même je dirais. Les scènes de sexe sont très nombreuses, pas d’amour, des actes mécaniques pour satisfaire des besoins reptiliens, il est également un moyen de destruction.

Plus que le fond, la forme, l’écriture, prend beaucoup de place dans le récit. Elle est parfois emprunte d’une poésie sombre, il y a une profondeur des mots, des expressions. Notre lecture est rythmée par différents morceaux de musiques qui nous sont proposés histoire de nous mettre dans l’ambiance et j’ai eu plaisir à retrouver des citations de groupes que j’écoute comme Nine Inch Nails par exemple.

Si la première partie, la plus longue, m’a parue difficile sur le plan de la violence et de la déchéance, les deux autres parties qui composent le livre ont donné un nouveau souffle au récit. C’est un tournant dans l’histoire, dans notre perception de celle-ci, moi qui croyais déjà y être, dans le chaos, je me suis rendue compte que je n’avais encore rien vu, et que même quand on pense avoir touché le fond, il est possible de continuer de creuser pour s’enfoncer encore d’avantage dans les abîmes de l’enfer et de détruire le peu qu’il nous restait.

« Un froid étrange me saisit, un froid douloureux, intérieur. C’est un sentiment que je connais trop bien : le souffle glacé de l’absence. De son absence. »

 

Plus qu’un livre qui parle de la déchéance d’une personne, c’est une mise en lumière d’un amour toxique, entre deux personnes qui sont liées dans la destruction : elle est sa drogue la plus dure, son rail, son shoot, celle qui lui fait du bien, qui le détruit en même temps, celle qui court à sa perte au point de le faire rechuter à chaque fois. Il ne vit qu’à travers elle, à travers sa souffrance de l’avoir perdue, et quand il l’a retrouve, il souffre, encore, parce que sa présence est un poison nuisible qui se dilue dans chaque parcelle de son être. C’est une sorte d’amour toxique, ils se crachent leur amour à la gueule, ils se font du mal, physiquement, moralement.

 

 

Le mot de la fin

Ce livre, l’auteur l’a dit dans une interview réalisée, est à 99% autobiographique, romancé par moment pour qu’il soit accessible au lectorat (un lectorat avisé), car ce livre peut se révéler vraiment douloureux. Il est une sorte de catharsis pour Ghislain Gilberti, le journal intime d’une vie cabossée et je salue son courage d’avoir parler de manière aussi franche de toute une tranche de sa vie.

J’ai été, pendant les 24h de ma lecture, déconnectée de la réalité, et j’ai encore la gueule de bois aujourd’hui en écrivant ma chronique. C’est le chaos, dans ma tête, dans mes émotions, je n’ai réussi à lire aucun livre depuis que j’ai terminé celui-là et que je me suis lancée dans ma chronique. Je garde encore, plusieurs jours après, le sentiment d’avoir mes émotions à vif, je n’ai pas encore cicatrisé de cette lecture addictive mais Ô combien éprouvante.

 

Quoi vous dire d’autre que je n’ai pas encore dit? Achetez-le, lisez-le, soyez choqué, ébranlé, mais ne passez pas à côté !

 

Publicités

6 thoughts on “Dynamique du chaos – Ghislain Gilberti”

  1. J’adore ta critique et ton ressenti, tout est dit dans cette belle critique.
    Je l’ai terminé il y a maintenant presque 48 h, d’habitude j’enchaîne les livres mais j’en suis encore à me remettre de Dynamique du chaos …
    Sur FB, j’ai écrit un avis qui est plus un ressenti, une sensation ( rien à voir avec cette présente belle chronique) que j’ai voulu faire partager à chaud.
    C’est clair, des livres comme çà, on en lit pas tous les jours mais quand c’est le cas, il faut tout arrêter (ou presque) ses occupations habituelles pour se concentrer à 100 % dans cette histoire magistrale et définitivement hors norme.
    La guerre tue mais j’ajouterai … l’amour aussi.

    Aimé par 2 people

  2. Même ressenti sur ce livre incroyable ! Il m’a fallu du temps pour en sortir et à vrai dire..je ne crois pas en être vraiment sortie d’ailleurs !
    Il tourne et retourne dans ma tête…

    J'aime

  3. Je crains de ne pas avoir l’armement psychologique nécessaire pour y faire face … je le crains autant qu’il m’attire pourtant. Je ne sais pas encore si j’oserai mais ton avis est très touchant

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s