Non classé, Thriller écologique

Pire que le mal – Sylvain Forge

image

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un auteur dont j’avais beaucoup entendu parler sur les réseaux sociaux littéraires mais que je n’avais jamais eu l’occasion de découvrir. Cet auteur, c’est Sylvain Forge, et je vais vous présenter ici Pire que le mal, paru hier aux Editions du Toucan.

Il s’agit d’un thriller qui est profondément ancré dans la réalité, car il parle d’un sujet de société qui fait régulièrement débat, celui de l’utilisation des pesticides et de leur impact et sur l’écologie, et sur la vie des Hommes.

 

L’histoire

Benjamin Delmas est psychiatre. Fraîchement séparé de Claire, il mène une vie paisible et sans remous, jusqu’au jour où la police vient lui annoncer la mort de son frère Lucas. Ce frère, il ne l’a plus côtoyé depuis des années, suite à une dispute. Les deux ne voyaient pas la vie de la même manière et leurs chemins se sont séparés depuis longtemps. Lucas est donc retrouvé mort noyé à Bangkok dans un canal. Divers éléments vont alerter la police qui décidera d’ouvrir une enquête, la mort par accident ayant été écartée du scénario possible après autopsie. Benjamin recevra alors une étrange lettre, qui le poussera à partir sur les traces du meurtrier de son frère. Son enquête le mènera à se focaliser sur une multinationale, la BDG, spécialisée dans les pesticides, et aux méthodes parfois douteuses…

Un thriller écologique

Pire que le mal est un thriller d’un genre que je n’avais jamais lu jusqu’à maintenant. L’histoire est dans un premier temps axée sur les milieux très fermés des grandes multinationales et des groupements d’activistes écologiques. Ce sont des milieux auxquels je ne suis pas du tout familiarisée et j’ai parfois eu du mal, durant une première partie du livre, à accrocher car j’ai trouvé certains passages relativement compliqués, surtout lorsque cela touchait la firme industrielle. L’auteur développe en effet largement tout ce qui a trait à ces deux sortes d’organisations et ce n’est pas forcément évident à lire au départ, en raison je pense de ma méconnaissance à ce sujet et de mon imperméabilité envers les sujets scientifiques. Ce qui m’a permis de continuer à m’accrocher, c’est que Sylvain Forge suggère les choses plus qu’il ne les explique ou ne les détaille, et cela aura eu pour mérite d’éveiller ma curiosité pour essayer de comprendre de quoi il en retournait. Par ce jeu exercé par l’auteur pour faire monter la pression chez le lecteur, il a réussi à créer un climat de suspicion qu’il développera dans la totalité du livre. Et ça, j’aime !

Ce qui fait la qualité également la qualité du livre, outre le style d’écriture sur lequel je reviendrai dans quelques lignes, c’est qu’il est très largement documenté et qu’on a plus l’impression de lire le livre d’un journaliste d’investigation plutôt qu’une fiction. Je suis assez friande des reportages d’investigations qui pointent du doigt les dérives de grandes sociétés pour nous faire avaler leur poison, et j’ai retrouvé ça dans ce livre, bien que je sais pertinemment qu’il ne s’agit ici que d’une fiction. L’auteur précise d’ailleurs que le produit et la société dont il est question sont purement fictifs même si nous savons pertinemment que ce genre de dérives existe…

 

Au fur et à mesure de la lecture, Sylvain Forge va prendre le parti de mettre de côté les descriptions qui lui ont permis d’implanter son décor et l’ambiance du livre, pour se focaliser cette fois sur l’enquête de Benjamin. Et il va loin, Benjamin, dans son enquête. Et il risque gros, parce que quand on met le nez dans des affaires à plusieurs milliards, forcément, ça rend les personnes concernées forcément un poil nerveuses ! On se rend compte aussi que le monde des affaires est impitoyable et que l’argent, plus fort que tout, plus fort que la police, que le gouvernement, diligente toute notre société. Et leurs agissements représentent bien souvent Pire que le mal.

 

L’histoire est bien ficelée, les diverses descriptions liées aux personnages, ainsi que l’avancée dans l’enquête, sont justement dosés, disséminés tout au long du livre, de manière à toujours donner un certain dynamisme au récit. Les émotions sont mises à l’honneur, ils oscillent entre remords et peur, le personnage principal de Benjamin est malmené par des obstacles aussi bien psychologiques (lui qui n’avait jamais cru aux théories de son frère se retrouve confronté à une vérité qu’il prend en pleine tête) que réels (menaces de mort, méthodes d’intimidation etc…). Le tout en fait un personnage profondément vivant, marqué à vif par le remord qui le ronge et qui lui donnera la rage de poursuivre pour faire toute la lumière sur cette histoire.

Le mot de la fin

Voilà un thriller bien original ! J’ai bien fait de continuer ma lecture malgré les petites difficultés du début, car la suite s’est révélée explosive et que j’ai, pour le coup, vraiment apprécié le déroulé de l’enquête !

Je retiendrai du style littéraire de Sylvain Forge une écriture riche, avec beaucoup de personnages et de descriptions de situations, le tout écrit avec un langage à la portée de tous. Bien que le côté scientifique soit très présent, je ne me suis pas sentie larguée comme dans certains livres de Thilliez par exemple qui, pour le coup, sont bien trop compliqués pour mon cerveau de littéraire.

Belle découverte qui me donne envie de découvrir le reste de la bibliographie de l’auteur.

 

Je tiens à remercier Damien, et les Editions du Toucan plus particulièrement, pour l’envoi de ce livre en avant première.

image

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s