Editions La Bête Noire Robert Laffon, Fabio Mitchelli, Français, Polar/thriller français

Une forêt obscure – Fabio Mitchelli

image

C’est grâce à l’enthousiasme débordant de ma copinaute Rachel (cliquez ici pour accéder à son blog), que je me suis lancée dans la lecture du dernier né de Fabio Mitchelli, Une forêt obscure. C’est le premier livre que je lis de cet auteur. Il est paru en 2016 aux Editions La Bête Noire, Robert Laffon.

Vous êtes prêts ? Habillez-vous chaudement, parce que je vous emmène en Alaska !

 

L’histoire

Une forêt obscure commence par la découverte du corps d’une adolescente en lisière de forêt. L’enquêteur Jake Nelson est dépêché sur place. Ce dont il était loin de se douter, c’est que la jeune fille retrouvée morte est une personne qu’il connaît bien, très bien même, vu que c’est sa fille.

 Changement de période, changement d’intrigue.

Deux ans plus tard, Luka Ricci, une jeune acteur de porno, diffuse sur le net des vidéos dans lesquelles il torture et tue des animaux. Les flics sont sur le coup, l’homme reste introuvable. Jusqu’au jour où il a besoin de passer à l’étape supérieur, il tue alors son amant, de multiples coups de pics à glace. Il ne s’arrêtera pas au meurtre, car non seulement il va dépecer le cadavre, mais il va aussi en dévorer certaines parties ! Louise Beaulieu, jeune enquêtrice borderline, accro au poker, à l’alcool qui anesthésie la douleur de la perte de sa sœur, est mise sur le coup.

Et puis, deux jeunes filles sont retrouvées sur le bord de la route, en lisière de forêt. Elles semblent être pétrifiées, et ont perdu en grande partie la mémoire…

Ces diverses affaires sont-elles liées ? Quel rapport entre un tueur en série, un jeune paumé qui est passé à l’acte de la manière la plus sauvage qui puisse exister ou encore deux jeunes filles retrouvées sur le bord de la route ?

image

 

Ostie de criss de tabernouche, quel thriller !

C’est le premier livre que je lis de cet auteur et force est de constater que j’ai vraiment bien accroché à son style d’écriture ! Si les chapitres sont courts et le rythme nerveux, l’histoire est complexe car elle est le résultat d’une multitude d’histoires qui n’ont, à priori, rien à voir entre elles. On peut se perdre parfois dans les dédales des différentes intrigues mais les rappels sont nombreux pour éviter de nous embrouiller et de nous faire perdre le fil.

Malgré le fait que l’enquête policière est l’intrigue centrale, ce n’est pas une enquête classique comme nous avons l’habitude de lire que Fabio Mitchelli nous propose. En effet, ici, nous connaissons dès le début les coupables.

Nous retrouvons dans ce livre des personnages aux vies marquées, qui traînent tous les casseroles d’un passé difficile. Car le fil rouge de ce livre, c’est bien le thème de la perte. Chaque personnage a vécu la perte d’un être cher à un moment de sa vie, et j’ai le sentiment que chacun d’entre eux est encore en proie aux fantômes du deuil difficile qu’ils ont traversé.

Le fait qu’une partie de l’histoire se déroule en Alaska dans une période de l’année où il fait souvent sombre ajoute à l’atmosphère glaciale et pesante du livre.

J’ai bien apprécié les expressions québécoises assez présentes dans le livre, utilisée par l’enquêtrice canadienne. Visiblement, selon les québécois, c’est un poil exagéré, mais ça ne m’a pas gêné dans ma lecture et j’ai retenu un sacré paquet de jurons histoire de paraître un peu moins grossière que quand je m’énerve en français =)

Un livre aux multiples références

J’ai apprécié le fait que ce livre était librement inspiré de faits réels, c’est assez rare que je lise ce genre de livre et même si je sais que je ne suis pas en train de lire un documentaire mais bien une fiction, j’ai apprécié d’être replongée dans une histoire qui avait fait grand bruit il y a quelques années, en ayant suscité un certain effroi, celle du jeune Luka Rocco Magnotta, qui s’est filmé en train d’assassiner, découper, et manger un morceau d’un étudiant chinois. L’auteur s’est également inspiré des crimes du tueur en série Robert Christian Hansen qui a violé et assassiné dix-sept femmes dans les années 70 et 80. Je ne connaissais pas cette affaire, donc elle me parlait moins que celle de Luka Magnotta.

Si les références à des événements réels sont nombreuses, on se rend compte également durant notre lecture que la relation qui se tisse entre une des deux enquêtrices et le Serial Killer Daniel Singleton nous rappelle  un célèbre thriller, Le silence des agneaux.

J’ai noté également des clins d’œil réguliers de l’auteur pour sa maison d’édition, utilisant l’expression « La bête noire » à plusieurs reprises !

Le mot de la fin

Ce livre aura eu le mérite de m’aider à sortir du marasme littéraire dans lequel j’étais depuis 3 semaines et grâce à lui, j’ai repris mon rythme « inhumain » de lecture comme se plaisent à le dire certains de mes contacts 🙂 Ce livre m’a donné envie de continuer à découvrir cet auteur, et c’est tout naturellement que le prochain sera la Compassion du diable !

Je conseille ce livre pour vos jours de congés hivernaux, à déguster au chaud avec une tasse de thé !

image

Publicités

2 thoughts on “Une forêt obscure – Fabio Mitchelli”

  1. J’ai rencontré cet auteur à St Maur l’année dernière. J’ai eu de la chance car peu de personnes étaient encore présentes, du coup j’ai pu pas mal parler avec lui. Ma copine trouve qu’il a des airs de Johnny Depp :p

    J’ai beaucoup apprécié parler avec lui, et je suis reparti avec La Compassion du Diable, que je compte lire juste après mon roman en cours. Et comme il fait froid, ça tombe bien pour ce genre de lecture :p

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s