Coup de coeur, Editions City, Français, Polar, Polar/thriller français

Les sept stigmates – Jean Dardi

image

[ Jean… Faut qu’on parle entre quatre yeux tous les deux !

Avoue-moi maintenant que ce n’est pas vraiment ton premier livre hein? Allez, j’le dirai à personne je te le promets! C’est impossible que ce polar soit le premier de ta vie d’auteur. C’est impossible parce que c’est trop abouti, trop bien écrit, pour que ça soit un premier ouvrage… ]

Je ne cesserai de vous inciter à prendre le temps de donner une chance aux nouveaux auteurs et aux auteurs émergents, car ils ont de belles choses à vous faire découvrir… En plus, vous êtes chanceux mes lecteurs, vu que je fais le tri avant, pour vous, et que je vous donne ensuite de bonnes idées de lectures (ah ah 🙂 ) Donc, quittez une bonne fois pour toute votre cocon de lecteur routinier, habitué à attendre la sortie du prochain auteur qui fait fureur en ce moment ! Partez à la découvert des nouvelles plumes de talent, parce que sans nous, lecteurs curieux, sans notre bouche-à-oreille, ils n’ont aucune chance de nous montrer leur talent sur le long terme. Le monde de l’édition est bien cruel et il est difficile de se faire une place, surtout si vous lisez « la-même-chose-en-même-temps-que-tout-le-monde-au-même-moment. ».

J’vais vous parler ici d’un coup de cœur, d’un putain de coup de cœur! Parce que moi, vous le savez maintenant, ce que je préfère, ce sont les polars, les vrais, avec des flics, avec une enquête, et être au cœur des investigations!

image

Les sept stigmates est le premier ouvrage de Jean Dardi, et il est fraîchement paru en septembre 2016 aux Editions City.

L’histoire

Giovani Dell’Orso, ou Gio pour les intimes, Commissaire du 36, Quai des Orfèvres à Paris, est appelé sur les lieux d’un crime : un imam est retrouvé égorgé dans la rue par une passante. L’équipe du Commissaire démarre l’enquête, et le lien avec deux précédents meurtres similaires est rapidement établi. Le problème est que rien ne lie, a priori, les victimes. A force d’acharnement et de recherches, Gio découvrira un indice capital qui lui permettra de découvrir le dénominateur commun entre toutes les victimes : chacune a reçu, par mail, quelques jours avant leur mort, le mot Némésis, suivi d’un chiffre entre parenthèse. Némésis, dans la mythologie grecque, est la déesse de la colère et de la vengeance des Dieux. Les meurtres se poursuivent, la tension est au maximum pour notre équipe de flics qui est en plus, soumis à une importante pression médiatique. L’enquête mènera Gio et ses enquêteurs, Pochet et Julie, sur les traces de la folie d’un homme, autoproclamé Vengeur au nom de Dieu.

Un polar, un vrai !

Attachez vos ceintures, Jean Dardi va vous embarquer dans une enquête qui décape !

La religion étant au cœur de l’histoire, elle ne prend pas non toute la place, écrasant tout le reste sur son passage. J’ai beaucoup de mal avec les histoires religieuses dans les livres, ce sujet m’indiffère complètement en temps normal, ici c’est exploité de manière moins soutenue mais les scènes liées à la pratique de la religion sont quasiment inexistantes, merci Jean de nous avoir épargné un énième Ange ou Démons (Ndlr : Dan Brown).

Les principaux codes du genre sont respectés : plusieurs meurtres, un même mode opératoire, une course poursuite acharnée, une traque haletante où les meurtres s’égrainent dans la capitale, des épisodes d’interrogatoires, des flics incapables d’arrêter le massacre…

L’auteur nous confie aux mains du Commissaire Dell’Orso grâce à la narration à la 3è personne, qui sera notre principal guide à travers l’enquête, nous kidnappant pour nous intégrer à son enquête, de découvertes de cadavres en découvertes d’indices, mais pour nous montrer également ses échecs, et les moments où il se retrouve face à lui-même et ses démons. Quand je parle de démons, n’allez pas penser que l’auteur nous sert un énième polar avec pour personnage principal un flic torturé et solitaire au passé tumultueux, qui traîne les casseroles d’une vie difficile. C’est plus subtil que ça, et je suis contente de voir que pour une fois l’auteur cherche à traiter ça différemment, sans en faire quelqu’un de complètement Borderline. Certes, Gio peut-être parfois un poil…. Rentre dedans… avec les témoins ou les suspects, certes, il ne s’embarrassera pas des diverses procédures administratives qui risquent de lui faire perdre du temps, mais il a cependant des limites et cela fait de lui un personnage particulièrement attachant.

imagePour une fois que je trouve mon prénom dans un livre ah ah !

Le style de l’auteur

L’écriture est d’une justesse affolante, affolante parce qu’il s’agit vraisemblablement du premier livre de l’auteur, affolante parce que le style d’écriture utilisé est en parfaite corrélation avec le genre qu’est le polar, qu’il ne s’embarrasse pas de détails inutiles, d’histoires d’amour futiles, de scènes de sexe qui n’ont aucun intérêt et qui n’apportent rien à l’histoire. J’ai vibré, littéralement, et littérairement, durant les 340 pages des Sept Stigmates.

 Le mot de la fin

C’est un roman profondément ancré dans la réalité, que nous propose Jean Dardi, et qui trouve écho, dans notre tête, à l’heure où les fous de Dieu se font plus menaçants dans nos sociétés, où les flics manifestent contre leur manque de moyens… C’est traité de manière juste, ça sonne vrai, pas d’artifices qui ne serviraient qu’à ajouter du sensationnel. C’est un polar réaliste, un vrai, pur et dur, et ça, c’est le genre de bouquin qui me provoque un coup de cœur!

L’auteur a frappé très fort pour ce premier ouvrage, et j’attends maintenant la suite, parce qu’après lecture de la fin de l’épilogue, on se dit que forcément il y en aura une!

Je remercie par ailleurs Jean Dardi de m’avoir permis de découvrir son livre et pour la confiance qu’il m’a accordée malgré les sueurs froides en attendant mon verdict (décidément je vais vraiment commencer à croire que je fais peur!!!)

image

Publicités

1 thought on “Les sept stigmates – Jean Dardi”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s