Fleuve Editions, Français, François-Xavier Dillard, Non classé

Un vrai jeu d’enfant – François-Xavier Dillard

image

Après presque 3 semaines d’absence sur mon blog du fait de mon voyage, j’ai un sacré gros retard à rattraper niveau chronique! Je commence aujourd’hui par le dernier livre que j’ai terminé, hier soir, Un vrai jeu d’enfant de François-Xavier Dillard.

image

L’histoire

Nous faisons la connaissance d’Emma, jeune étudiante fauchée, qui se voit proposer par une copine une mission bien payée et pas très compliquée en apparence. Elle doit transporter de manière anonyme, dans un vieux sac d’étudiant, des bijoux de très grande valeur d’un bijoutier de la place Vendôme jusqu’à un atelier de photographe afin qu’il en prenne des clichés. La mission est bien rémunérée et Emma ne se pose pas vraiment la question avant d’accepter. Elle rencontrera donc Joe, le garde du corps qui la suivra tout au long de son parcours afin de lui éviter des ennuis. En parallèle, on rencontre François, ancien détenu récemment libéré, qui a décidé de se ranger et d’accepter un petit boulot payé au SMIC pour rentrer dans le rang. Sauf qu’il va être contacté par Momo, un ancien ami peu recommandable, qui a eu vent de l’opération d’Emma et qui lui proposera le casse du siècle, qui devrait être net, bref, rapide à réaliser. Après diverses tergiversations, François décide d’accepter ce dernier coup avant de se ranger totalement, à la condition que cela se fasse sans blessé ni mort. Ils seront rejoints par Ben, une petite frappe des cités habitué aux petits trafics et qui veut maintenant jouer dans la cour des grands. Et puis il y a aussi Marc, un flic en mal de reconnaissance, il est mis sur le coup par son responsable qui lui assure une affaire simple qui redorera son blason et mettra un coup d’accélérateur à sa carrière.

Ils vont apprendre à leur dépens que ce qui leur est apparu comme simple en apparence, va les faire basculer dans une opération catastrophique.

Question de point de vue…

Ce livre est le premier de l’auteur François-Xavier Dillard. Le ton est donné dès le prologue où nous assistons à la mort d’un personnage. On ne sait pas lequel, et la question se posera tout au long du récit. C’est le genre de prologue qui me frustre sérieusement, mais qui fait que j’accroche dès le début!

Chaque chapitre est l’occasion pour l’auteur de donner la parole à chaque personnage. Chaque événement est analysé du point de vue de chacun d’entre eux : une même scène est donc vécue plusieurs fois par le lecteur, sans pour autant que cela ne soit répétitif.  Ainsi, on ne se retrouve pas avec un seul narrateur, mais avec une multitude. Pas d’inquiétude à avoir, le livre n’est pas tiré par les cheveux et on ne se sent à aucun moment perdu, car chaque chapitre porte le titre du personnage par lequel est vécue la scène.

Le récit est à la première personne, ceux qui me suivent régulièrement savent que c’est quelque chose que j’apprécie énormément. Je me sens plus impliquée en tant que lectrice qu’avec un récit écrit à la troisième. En fait, durant ma lecture de ce thriller, j’avais l’impression d’être une sorte d’enquêtrice, comme si je faisais partie des fameux bœufs-carottes (inspection générale de la police nationale) à qui chaque protagoniste serait en train de relater les faits de ce qui s’avérera un fiasco total. On est donc totalement omniscient dans ce livre, du début à la fin. L’emploi du « Je » permet aussi un attachement aux personnages, je me suis attachée à tous à des degrés différents. Cette narration nous donne l’impression de les connaître, vu qu’on est omniscient, on connaît leurs pensées et leur ressenti, on vit avec eux leur excitation, leur stress, leurs angoisses.

 

Et de rythme…

C’est un livre court, 197 pages, et il a pour particularité d’avoir des chapitres très courts, parfois deux pages. Ce procédé nous donne une impression d’effervescence, de rythme haletant et de course contre la montre, course contre la montre pour les personnages mais aussi pour nous lecteurs, qui voulons en savoir toujours plus. La tension monte crescendo, je venais de terminer l’excellentissime Fais-le pour maman (du même auteur, dont je vous parlerai dans un article très bientôt), où ça commence directement très fort. Ici, j’ai d’abord trouvé le départ un peu long, et puis j’ai compris au fur et à mesure de ma lecture que ces longueurs étaient nécessaires pour la bonne compréhension psychologique des personnages.

On comprend donc, au fil de notre lecture, que rien ne va se passer comme prévu. A chaque fin de chapitre, l’auteur réussi à nous caser LA phrase qui nous donne un petit coup de tension et nous tient en haleine, et à chaque fois PAFFFFF changement de narrateur. L’auteur joue avec nous, c’est frustrant, dans le sens positif, parce qu’on a envie de savoir, mais on doit passer à un autre personnage et notre curiosité ne sera apaisée plus tard, quand l’auteur l’aura décidé! on le sent bien, à travers les éléments qu’il décide de nous lâcher, que rien ne va se passer comme prévu, que ça va sérieusement foirer à un moment. Et quand ça arrive, on n’est certes pas surpris, mais on ne s’imaginait pas que ça allait être la bérézina la plus totale ! Chaque personnage se retrouve complètement dépassé par la tournure de ce qui devait être un vrai jeu d’enfant.

Sans oublier le style!

L’auteur a su s’adapter à ses personnages : il adapte leur langage à leur personnalité et à leur position sociale. Ainsi, on retrouvera différents niveaux de langage et de vocabulaire, du plus soutenu avec Emma au langage de rue et mauvais français du caïd des cités, ce qui donne une crédibilité indéniable au récit. On ne ressent pas l’effet « lisse » de l’auteur qui cherche à écrire un livre politiquement correct.

Les faits aussi sont plausibles, ici par de surenchères dans les scènes, pas de super-héros qui sauvera tout le monde et la situation, les personnages ne sont pas caricaturaux, ils sont humains, et vrais…

Le mot de la fin

Belle découverte, lecture rapide et prenante, pour un premier livre c’est une très belle réussite!

 

image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s