Polar/thriller français

Mardi Conseil #3 – Meurtres pour rédemtpion – Karine Giebel

image

Aujourd’hui sur la Twittosphère, c’est #MardiConseil ! L’occasion comme chaque semaine pour moi de vous parler d’un livre coup de cœur qui m’a marqué, il y a plusieurs mois ou plusieurs années, avant que je ne commence mes chroniques… J’ai décidé aujourd’hui de vous parler d’un livre qui a été une véritable claque pour moi, Meurtres pour rédemption de Karine Giebel. Je m’excuse par avance pour l’horrible photo sur cet article mais j’ai prêté le livre à ma mère et elle ne me l’a toujours pas rendu!

Quelques mots sur l’auteure

Karine Giebel est une auteure française. Assez discrète sur les réseaux sociaux et dans les médias, elle n’en est pas moins une des meilleures plumes en terme de thrillers, une des plus captivantes, une des plus acérées.  Que ça soit clair, les fins heureuses, elle ne connaît pas, amateurs de happy ends, passez votre chemin. Ça peut être frustrant lorsqu’on lit pour la première fois un de ses livres, et puis on s’habitue… Vous pouvez lire sa bibliographie dans l’ordre de votre choix, il s’agit à chaque fois de one-shot.

Meurtres pour Rédemption

C’est l’histoire de Marianne, jeune femme d’une vingtaine d’année, condamnée pour une violente agression sur un vieux monsieur à son domicile. Elle n’est pas une enfant de cœur, elle a pris perpétuité, et son caractère volcanique l’a conduite à être incarcérée en isolement loin des autres détenues. Marianne est violente, Marianne est imprévisible, elle est une bombe à retardement prête à exploser. Le peu de temps où elle est confrontée aux autres détenues, elle est humiliée, maltraitée, violentée. Dans cette prison pour femmes, c’est la loi du plus fort qui prime. Elle s’est créé une solide carapace pour vivre dans cette jungle. Jusqu’au jour où elle rencontre Daniel, un maton à qui elle monnaie des services sexuels les nuits où il est de garde. Elle en tombera amoureuse et il sera son seul rayon de soleil dans cet univers de noirceur. Et puis un jour, un parloir, des inconnus viennent lui proposer un marché pour la faire sortir… Le début de la rédemption ?

Dans ce livre, ce n’est pas seulement Marianne qui prend des coups, le lecteur en prend aussi… Car on se prend rapidement d’affection pour cette jeune paumée en fait, qui n’est pas sans rappeler une certaine Lisbeth Salander dans Millenium. Elle a développé une carapace autour d’elle pour masquer sa fragilité et sa sensibilité, parce que derrière les barreaux, c’est la loi du plus fort. Mais nous, lecteurs omniscients que nous sommes, nous savons qu’en réalité elle est une personne profondément fragile, en proie à une souffrance intérieure terrible. Alors on souffre avec elle lorsqu’elle se fait tabasser, on souffre de ce destin brisé, de sa vie de souffrances, jusqu’à la dernière page.

 

L’univers carcéral y est décrit sans concession, certaines scènes sont très difficiles, la violence et la brutalité sont partout, les sévices sont physiques, mais aussi psychologiques. La relation amoureuse avec Daniel y est également largement développée, une véritable passion naît entre ces deux personnages. Je n’ai pas l’habitude d’être touchée dans mes lectures par les histoires d’amour, c’est même d’ailleurs plutôt quelque chose que je fuis en temps normal tant ça me refile de l’urticaire. Mais dans ce livre, on est loin du « choupitrognon » et du « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », ce n’est pas un roman à l’eau de rose loin de là !

Ce livre m’a absolument, totalement, profondément bouleversée… Au début pourtant, j’étais sceptique et il est resté quelques mois planqué dans ma PAL… Tenir près de 1000 pages dans un huis clos au sein d’une prison, je me suis dit que je risquais de trouver le temps long et de tourner en rond, sachant que j’aime quand ça bouge et quand il y a de l’action. Et pourtant ! J’ai avalé ce livre en moins de 3 jours tant j’ai été prise dans l’histoire. Karine Giebel a un don particulier pour tenir le lecteur jusqu’à la fin, pour nous rendre complètement accro au livre, et marqué au fer rouge une fois terminé. J’ai ressenti ça dans tous ses livres quasiment, à l’exception de Satan était un ange qui était du coup un peu trop gentillet pour moi.

Comme il est écrit sur la couverture « Un choc, comme je n’en ai jamais eu ». Un des meilleurs livres lus de ma vie, un des plus atroces aussi tant j’ai souffert, tant l’auteure a réussi à faire développer en moi des sentiments profonds envers les personnages. J’ai pleuré énormément pendant ma lecture, j’vous entends d’ici dire que je suis une chialeuse (rires !) parce que c’est au moins le troisième article où je dis que j’ai été bouleversée au point d’avoir envie de pleurer (ou de pleurer tout court) mais il est impossible de rester insensible à certains événements.  Et une fois le livre terminé, il ne reste qu’un grand vide difficile à combler. Je n’ai pas réussi à enchaîner pendant plus de 3 semaines avec un autre livre (vous savez, la fameuse dépression littéraire !). Plus d’un an après l’avoir lu, je me rappelle encore les détails toute l’intrigue, toutes les scènes qui m’ont touchées ou choquées.

Si je ne devais garder qu’un livre lu en 2015, ça serait Meurtres pour rédemption.

 

Publicités

8 réflexions au sujet de “Mardi Conseil #3 – Meurtres pour rédemtpion – Karine Giebel”

  1. Je viens de terminer Juste une Ombre du même auteur et celui-ci est le prochain. Je crois que j’entre aussi dans une phase de dépression littéraire. Ils nous font tous le même effet ?

    J'aime

    1. Hello!
      C’est l’effet Karine Giebel ça! C’est tellement puissant ce qu’elle écrit, elle arrive tellement à t’accrocher que tu te sens complètement vide quand tu finis son livre! C’est une grande auteure !
      Bon courage si tu es en panne livresque ! Ça a déjà duré plus d’un mois pour moi 😨
      Belle soirée 😚

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s